Les Accords de Paris en Sciences
– Un évènement médiatique mondial

La National Press Foundation et la Fondation Ipsen s’associent afin de sélectionner et former une délégation de journalistes à Paris afin d’échanger sur les nouvelles découvertes et nouveaux enjeux en Science. L’objectif de cette rencontre est de créer l’ « Accord de Paris en Sciences », décrivant des principes basés sur des échanges  entre des experts scientifiques mondiaux et des journalistes internationaux. Le but de ces « Accords de Paris en Sciences » est de mieux communiquer la science à tou.te.s, soit la mission première de la Fondation Ipsen.

 

La National Press Foundation et la Fondation Ipsen ont sélectionné 25 journalistes de l’Union européenne et des États-Unis pour participer au tout premier « Accord de Paris sur la communication scientifique ».

Ce programme de formation de quatre jours offre à ces journalistes la possibilité d’interagir avec des experts scientifiques et d’apprendre à mieux communiquer le savoir scientifique au public. La réunion dévoilera les informations scientifiques récemment publiées, facilitera l’interaction entre journalistes et scientifiques, fournira aux journalistes des outils pour couvrir la science et offrira des visites de terrain à des institutions scientifiques françaises de premier plan.

Les sujets soulevés au cours de ces quatre jours ont un impact direct sur la société. Neurosciences de la haine, mécanismes de la douleur, les déterminants sociaux de la santé, les traumatismes de l’enfance et son impact tout au long de la vie, le sort des réfugiés et des victimes de la traite des êtres humains, etc.
«La National Press Foundation est fière de s’associer au Dr. James Levine et à la Fondation Ipsen pour cette formation importante destinée aux journalistes qui traduisent la recherche scientifique pour le public», a déclaré Sandy K. Johnson, présidente et directrice de l’exploitation de la FNP.

«La communication scientifique est essentielle pour donner toute sa valeur à la société», a déclaré James A. Levine, président de la Fondation Ipsen.
Cette réunion se tiendra du 21 au 24 octobre à Paris.

 

Les journalistes sélectionnés, sur 135 candidatures, sont :

Michelle Andrews (Etats-Unis ; Freelance, Kaiser Health News, NPR, The Washington Post, The New York Times)

Lilian Anekwe (Royaume-Uni ; New Scientist)

Deborah Becker (Etats-Unis ; WBUR)

Eric Boodman (Etats-Unis ; Stat, Boston Globe Media)

Clea Chakraverty (France; The Conversation)

Catherine Collins (Belgique ; Freelance, Horizon)

Andrew Curry (Allemagne ; Freelance, Science, National Geographic)

Brian Dabbs (Etats-Unis ; National Journal)

Alexenia Dimitrova (Bulgarie ; 24 Hours Daily, Trend Magazine)

Katie Feather (Etats-Unis ; Science Friday)

Roseanne Gerin (Etats-Unis ; Radio Free Asia)

Marc Gozlan (France ; Le Monde)

Andrew Green (Allemagne ; The Atlantic, The New York Times)

Alexandra King (Etats-Unis ; CNN)

Anna Larsson (Suède ; Swedish National Radio Company)

Shayla Love (Etats-Unis ; Vice)

Amina Manzoor (Suède ; Dagens Nyheter)

Katelyn Newman (Etats-Unis ; U.S. News & World Report)

Guillaume Pajot (France ; Freelance, Usbek Et Rica)

Linda Poon (Etats-Unis ; CityLab – Atlantic Media)

John R. Quain (Etats-Unis ; Freelance, Digital Trends, The New York Times)

Keith A. Spencer (Etats-Unis ; Salon)

Neil Swidey (Etats-Unis ; The Boston Globe)

Mico Tatalovic (Royaume-Uni ; Freelance, Guardian, BBC, Spectrum)

Emily Underwood (Etats-Unis ; Freelance, Science)

 

Ce programme est soutenu par la Fondation Ipsen sous l’égide de la Fondation de France. La Fondation Ipsen est une fondation à but non lucratif axée sur la communication de la science aux citoyens.

La National Press Foundation est une organisation à but non lucratif indépendante dirigée par et pour des journalistes. La seule mission de la NPF est d’apporter à des journalistes la formation nécessaire sur des problèmes actuels et de leur donner suffisament d’outils pour l’exercice de leur fonction.